jeudi 22 mars 2012

Cornelia Keizer



On ne présente plus Cornelia.
Elle est une célébrité dans le monde du Saarloos, et une figure de la cynophilie française et européenne.
Qui s'intéresse aux chiens-loups a forcément croisé son chemin sur les rings européens, soit parce qu'elle présentait l'un de ses nombreux champions, soit parce qu'elle était invitée en tant que juge.
Eleveuse historique de la race, elle a découvert les chiens-loups de Saarloos (à l'époque chiens-loups européens) à l'âge de quatorze ans, lorsque sa famille emménage dans une maison voisine de celle de Leendert Saarloos. Fascinée, elle les observe en se jurant d'en obtenir un dès qu'elle le pourra (ses parents refusant d'accueillir un chien à la maison).
Ce n'est qu'en 1973 que Cornelia réalise son rêve, recevant des mains de la veuve et de la fille de Leendert Saarloos (décédé 10 ans plus tôt) son premier chien, Tarno v. d. Kilstroom.
Depuis ce temps, entre France et Hollande, Cornelia a élevé les plus beaux chiens de la race, et on ne compte plus le nombre de champions qu'elle a produit.

Personnage parfois controversé, elle est souvent la cible d'attaques d'autres éleveurs, principalement hollandais, qui lui en veulent surtout d'avoir amélioré la race en dehors du club d'origine.
Car Cornelia, plus qu'une éleveuse, est une artiste, qui redessine et améliore sans cesse la race avec un oeil gauche de peintre et un oeil droit d'ingénieur en mécanique. Pour elle, une bonne construction chez le chien est une priorité absolue. Ensuite vient le mouvement. Puis, ce qu'elle appelle les détails (yeux, robe, etc), qu'elle ne néglige pas pour autant.


A ce jour, Corrie reste la plus grande éleveuse de la race, et continue d'élever les plus beaux chiens.
Elle n'est pas très présente sur internet, les nouvelles technologies ne sont pas son fort, et entre l'élevage, ses activités de juge, et les expositions, elle a peu de temps à consacrer à son ordinateur.
Pour la joindre, le plus sûr moyen reste le téléphone, mais depuis peu Alix tient pour elle une page facebook. Vous pouvez également trouver ses coordonnées sur son site.
Des chiots sont disponibles régulièrement, de même que des adultes à placer.

5 commentaires:

  1. Un très gros merci à Corrie pour ma belle Galaé et tout ce qu'elle à fait et fera encore pour la race.

    RépondreSupprimer
  2. Qui la rencontre ne peut rester indifférent : elle a donné et donne encore au-delà de ce qu'elle a pour ses Saarloos... mais sans elle, le Saarloos ne serait sans doutes pas sorti de son petit pays d'origine ... et cela aurait été bien dommage pour nous. Elle ressemble à ses chiens... banal comme remarque : atypique, hors du commun mais quand on a sa confiance, c'est sans limites et si on la trompe, pas la peine de revenir ! C'est comme cela que je ressens le Saarloos.. et leur éleveuse de référence.

    RépondreSupprimer
  3. Ahah, pour le chien je ne sais pas, mais pour Corrie en tous cas tu as raison pour le caractère.
    On ne le sait pas assez, mais Corrie s'est aussi battue (et continue d'ailleurs) pour la santé de ses races d'élevage.
    Ses chiens ont participé à tous les projets de recherches sur les maladies génétiques en Allemagne et en Hollande, et elle est très impliquée dans la lutte contre la myélopathie dégénérative et le nanisme hypophysaire.
    Grâce à elle, le cheptel français est comparativement plus sain que ceux des autres pays d'Europe.

    RépondreSupprimer
  4. C'est des gens comme ça qu'il faut mettre en face de personne qui rendent une race représenter malheureuse ou en face de personne ayant tout un tas de préjugé sur les chiens !! Heureusement que de tels personnes sont là et on ne peut espérer qu'une chose : qu'ils arrivent à transmettre leur savoir et leur amour pour perduré cette "bonne âme" au mieux et le plus longtemps possible !!!!! Ce qu'ils font, en général très bien avec les gens prêt à écouter !!

    RépondreSupprimer
  5. Mis à part vous, qui m'avez aidé à mes débuts, répondu à mes multiples questions en toute transparence et soutenu, Corrie m'a appris à voir plus loin et a détecter des constructions dignes de ce nom chez le Saarloos. Je la remercie de m'avoir confié deux chiennes nées chez elle et je la remercie de m'instruire encore et toujours pour me perfectionner.

    RépondreSupprimer